New Nissan Qaishqai

Après plus de 3 millions d’exemplaires vendus, le Nissan Qashqai passe la trois. Il revient sur un segment disputé qu’il prétend avoir créé, mais avec des choix mécaniques sans doute trop exotiques dans un segment en transition. À l’occasion du Salon de Genève en 2004, Nissan a présenté un tout nouveau concept de véhicule qui a chamboulé le paysage automobile. Baptisée Qashqai Concept, l’étude de style annonçait en filigrane l’arrivée d’un nouveau genre de véhicule, inspiré par les premiers SUV et bien plus urbain que les 4×4 déjà existants. 

C’est au Mondial de l’Auto de Paris, deux ans plus tard, que la première génération de Nissan Qashqai voit le jour. Eloigné du concept bien qu’il en conserve certains codes, il inaugure le segment des crossovers. Un terme désormais généralisé, dont Nissan s’attribue la paternité. En matière marketing en tout cas, puisque les origines du terme sont plus lointaines dans l’histoire du design automobile. Sa formule : proposer une voiture qui vient se nicher entre les berlines compactes et familiales, avec une gamme de motorisation moins rude et énergivore que celle des tout-terrain, tout en conservant leur look plus attrayant que celui des monospaces sur le déclin.

Nissan Qashqai intérieur

La recette de Yokohama fait mouche : le modèle s’est écoulé à plus de 3 millions d’exemplaires en Europe, avec plus de 330 000 unités en France. Le Nissan Qashqai est instantanément devenu le roi du segment qu’il a crée. Mais la concurrence a rapidement jalousé son succès et est venue chasser sur ses terres, donnant naissance à de véritables rouleaux compresseurs : le Volkswagen Tiguan, le Kia Sportage ou le Peugeot 3008 ont sérieusement chatouillé le Qasqai au fil des années.

Retrouvez l’article complet sur le retour du Nissan Qashqai dans SUV Magazine n°2 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici