Suzuki Jimny

Ce n’est qu’un au revoir !

Absolument sans concurrence, le Suzuki Jimny affiche les prestations d’un véritable 4×4 dans un format de mini-citadine. Aussi dépaysant que craquant. La preuve : Suzuki n’arrive pas à répondre à la demande. Malgré un malus élevé : il faut attendre 2021 pour passer commande. 

Si le Jimny a disparu du catalogue Suzuki, ce n’est pas pour une quelconque question de normes antipollution ! C’est simplement que ce tout-terrain de poche, au look craquant de petit cube qui le fait ressembler à un Mercedes-Benz Classe G en réduction, est victime de son succès. Il faudra attendre 2021 pour pouvoir en commander un, tous les exemplaires ayant été vendus cette année. Le look s’inspire de la deuxième génération, lancée en 1981 (et plus connue chez nous sous le nom de Samurai). C’est ainsi qu’on retrouve une découpe de capot similaire, des phares ronds, des feux arrière intégrés dans le pare-chocs. Et un pavillon embouti séparé de la caisse par une gouttière.

A l’intérieur également, le parfum vintage est perceptible. Les lignes sont simples, les plastiques durs et robustes, les leviers montés sur des tiges longues comme on n’en voit plus. Il faut passer la gamme courte d’une poigne de fer sur le levier dédié. Car oui, sous son gabarit de Twingo, le Jimny cache un châssis séparé et une boîte de transfert, des caractéristiques éminemment rares de nos jours. De quoi lui conférer de belles capacités en tout-terrain, où il est de plus aidé par sa légèreté. Seul grief : Suzuki a fait l’économie de blocages de différentiels. Et il faudra se contenter de l’intervention et l’électronique (et donc composer avec un peu de patinage) dans les situations les plus délicates.

Au catalogue, il existe un unique petit moteur atmosphérique de 1,5 litre et 102 ch. Dérivé de celui de l’ancienne Swift Sport. Celui-ci aime à grimper dans les tours et fait preuve d’un tempérament fort sympathique, en délivrant son maximum au-dessus de 4 000 tr/min. Le gabarit menu du Jimny permet d’optimiser les trajectoires et sa légèreté lui confère une agilité insoupçonnable. Et même si le roulis est sensible, du fait de la souplesse de la suspension, la caisse paraît étonnamment rigide.

 

Retrouvez l’essai complet de la Suzuki Jimny dans Génération 4×4

 

Fiche techniques

SUZUKI JIMNY
PRIX DES VERSIONS 4x4 : n.c 

MOTORISATION 

Type : 4 cylindres essence
Puissance : 102 ch
Boîte de vitesses : manuelle à 5 rapports ou automatique à 4 rapports
Conso mixte constructeur : n.c.
Emissions de CO 2 : n.c.

DIMENSIONS/CAPACITÉS 

L/l/h (mm) : 3 480/1 645/1 720
Empattement (mm) : 2 250
Garde au sol (mm) : 210
Poids à vide (kg) : de 1 090 à 1 110
Poids maxi remorque (kg) : 1 330 
Capacité coffre (litres) : 85 à 830

1 COMMENTAIRE

  1. Le Jimny a bien disparu à cause de la “pollution”. Pas un polluant nocif pour nos poumons, mais globalement, pour la planète. Le CO2.
    C’est pour ça qu’il revient en version utilitaire en 2021, car pas de malus pour ceux-ci.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici