Collector Range Rover 3,5L V8 de Philippe Devendin

En compagnie d’un “Early” Lord
Face à cet exemplaire qui a appartenu à Lord March, le grand patron du domaine où se déroule la grand messe annuelle britannique des véhicules anciens, Goodwood, eh bien nous aussi, on avait envie de continuer à parler Range Rover 3,5L V8 Fireball de chez Buick, de carburateurs Zenith-Stomberg 175CD2S, d’essieux rigides, de blocage central, de deux portes, de boîte de vitesses manuelle à quatre rapports, de rouille, d’aluminium et de vieux plastiques.C’est un bond dans le temps que cette virée aux commandes de ce Range Rover 3,5L V8 , avec son moteur qui, dans un feulement discret et métallique si caractéristique, propulse encore et toujours en douceur notre Range Rover. La boîte de vitesses manuelle à 4 rapports (LT95) à transfert 2 rapports (ratio 3.32 en courtes) permet de se délecter des petites faiblesses du pied droit. Comme le veut la tradition Range Rover, le gant de velours n’a rien contre une démonstration de sa poigne de fer. Rageur ? Le bloc V8 peut à coup sûr démontrer qu’il est né pour équiper les Américaines musclées des 60’s.Mais après cette longue carrière, avec ce collector, le plaisir suprême est bien évidemment de cruiser confortablement à travers les champs comme sur route avec une vue imprenable sur le paysage. Les grandes surfaces vitrées et cette position dominante sont elles aussi des atouts conséquents qui ont participé au succès du Lord anglais. La sensation de luxe suranné est d’autant plus présente que la seule concession au modernisme voulu par son ancien propriétaire facilite la vie du conducteur. La direction assistée, installée en option à l’époque, permet d’être plus à l’aise à la manoeuvre lorsque l’on s’autorise quelques escapades hors des sentiers battus. C’est bien là que le Range a créé la surprise en s’imposant comme un redoutable franchisseur, en avance sur son époque, associant bien l’idée du confort à celui de l’utilitaire qu’il était encore selon la volonté
de Land Rover. L’ancêtre de nos SUV, c’est bien lui.

Un vrai coup de chance par les temps qui courent pour Philippe. Son Range Rover restera un exemplaire rare dans cet état de conservation, icône du 4×4 chic et indémodable, inlassablement doué en off-road et qui dispense toujours une mélodie en Range Rover 3,5L V8 majeur sur les petites routes de ses week-ends. Sa cote en pleine ascension ne change pas grand-chose pour Philippe. C’est un fait établi, le Range Rover a toujours donné dans les tarifs coquets, tout comme sa consommation. On les justifiait en vantant, il y a 47 ans : « C’est quatre voitures en une : break élégant, limousine de luxe, muscle car en herbe et vrai 4×4…C’est encore d’actualité dans les vitrines des concessionnaires Land Rover.

Essai complet du Collector Range Rover 3,5L V8 de Philippe Devendin dans Génération 4×4 n°41

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici