Maserati Levante S

Les berlines ne font plus recette… En conséquence, le SUV Maserati Levante semble la dernière chance pour permettre à Maserati d’atteindre les objectifs de ventes ambitieux octroyés au moment de son plan d’expansion. S’il doit passer partout selon son constructeur, ce 4X4 italien mise avant tout sur le plaisir.

75 000 ventes annuelles à l’horizon 2018 . Voilà l’objectif que Sergio Marchionne, grand ordonnateur du Groupe FCA (Fiat Chrysler Automobiles), a fixé à sa marque
de luxe Maserati. Après la limousine Quattroporte et la berline Ghibli, le SUV Maserati Levante est le dernier membre d’un trio qui se doit de faire changer de braquet le constructeur au Trident. Avec, en ligne de mire, Jaguar mais aussi Porsche. L’exemple de Porsche n’est pas anodin. En effet, le constructeur allemand doit une bonne part de sa rentabilité record au Cayenne, un des premiers SUV de luxe qui a fait hurler les puristes à son lancement.

C’est étonnant comme ce Levante utilise les recettes de l’Alfa Romeo Stelvio, à une échelle supérieure.                                                                               

Aujourd’hui, la situation s’est inversée : ce qui détone dans le paysage automobile, ce sont les constructeurs qui n’ont pas de SUV à leur catalogue. Et Maserati comptait parmi les derniers à avoir cédé à la tentation, malgré la proposition d’Italdesign en 2003, avec le concept-car Kubang. Il semblerait que la maladie soit contagieuse puisque l’autre marque sportive du Groupe FCA, Alfa Romeo, a lancé à peu de temps d’intervalle également son premier SUV, le Stelvio… Lui aussi une quinzaine d’années après avoir dévoilé un concept-car dont le nom commence par un K, la Kamal ! Outre le rapprochement en termes de calendrier, il est par ailleurs étonnant de constater à quel point les Alfa Romeo Stelvio suivent les mêmes recettes, simplement à un facteur d’échelle près. Esthétiquement déjà, tous deux adoptent une ligne de coupé sur échasses, avec des galbes et une calandre qui font clairement référence à la tradition de leur marque respective. Techniquement parlant ensuite, ce sont avant tout des propulsions, avec un renvoi de couple vers le train avant lorsque l’arrière est débordé. De quoi garantir un comportement plus joueur que la moyenne. Pour autant, les deux SUV italiens n’ont que peu à voir : alors que le Stelvio profite de l’inédite plateforme Giorgio inaugurée par la berline Giulia, la base technique du Levante, partagée avec les Ghibli et Quattroporte, a des origines bien plus lointaines. Il s’agit en effet d’une évolution assez conséquente de la plateforme Chrysler LX, elle-même dérivée de celle de la Mercedes-Benz Classe E W210 lancée en 1996. Voilà qui explique une masse assez importante, qui franchit la barre des deux tonnes.

Essai complet de la Maserati Levante S dans Génération 4×4 n°34

Essai Maserati Levante S
Prix du modèle essayé : 90 500 €
(à partir de : 72 800 €)                                                   

MOTEUR
Type : V6 essence biturbo
Cylindrée [cm3] : 2 979
Puis. max. [ch. à tr/mn] : 430 à 5 750
Couple maxi [Nm à tr/mn] : 580 de 4 500 à 5 000
Boîte de vitesses : automatique ZF à 8 rapports
Transmission : intégrale à viscocoupleur
Nbre de portes/places : 5/5
Suspension AV/AR : double triangulation/multibras
Electronique embarquée : ESP/sélection de
modes de transmission/contrôle de vitesse en
descente/suspension pneumatique
Stop & Start : oui
Pneus/Jantes : Pirelli P Zero 265/45R20 (AV) et
295/40R20 (AR)
DIMENSIONS/CAPACITÉS
L/l/h [mm] : 5 004/1 968/1 679
Empattement [mm] : 3 004
Garde au sol [mm] : de 155 à 240
Poids à vide [kg] : 2109
Poids tractable [kg] : n.c.
Vitesse maximale [km/h] : 264
0 à 100 km/h (s) : 5,2
Consommation constructeur (l/100 km) :
Mixte/urbain/extra urbain : 10,9/15/8,5
Emission CO2 (g/km) : 253

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici