Dakar 2020

Dakar 2020 : sous le sable, la répression

A l’approche du Dakar 2020, plusieurs ONG dénoncent la répression en Arabie saoudite et exhortent France Télévisions à dénoncer son contrat avec ASO, l’organisateur du rallye.« On s’est réuni pour réfléchir. Mais on a eu beaucoup de garanties du pays, on sait qu’il y a une volonté d’ouverture. Le Dakar n’est pas le premier à aller en Arabie saoudite, il y a déjà beaucoup de gens qui y vont ». Pour David Castera, le nouveau patron du rallye, interrogé par l’AFP et relayé par LeMuslimPost, la délocalisation de la compétition dans le royaume saoudien a fait débat au sein d’ASO. Pourtant, la décision a finalement été prise d’organiser le célèbre rallye dans le Golfe. Une décision qui fait débat.Malgré les évidents manquements du pays en matière de droits de l’Homme ou encore de son implication dans la guerre au Yémen, près de 350 équipages sont inscrits au départ. Au-delà du challenge sportif, la question de la participation des organisateurs et du diffuseur, France Télévisions, à cette opération saoudienne de « sportwashing » se pose. Notamment pour la FIDH. La Fédération internationale des droits humains rappelait en avril dernier dans un communiqué que « la dissidence pacifique est réduite au silence en Arabie Saoudite, que ses défenseures des droits humains sont assassinés, torturés, ou mis en prison ».La FIDH et la Ligue des droits de l’Homme se demandent comment les journalistes de France Télévisions pourront effectuer des reportages « en toute indépendance » sur l’Arabie saoudite autrement qu’en montrant « une suite de belles images et de propos amènes sur l’histoire, la géographie et la culture du pays, à la grande joie de ses dirigeants ». L’ONG demande que, «  par respect pour les femmes et les hommes emprisonnés en Arabie saoudite », France Télévisions dénonce « un partenariat indécent devenu contraire à ses principes et à sa charte », assurant que la diffusion du Dakar en Arabie saoudite est contraire à la charte de France Télévisions qui dit que « la télévision de service public a vocation à constituer la référence en matière de qualité et d’innovation des programmes, de respect des droits de la personne, de pluralisme et de débat démocratique ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici