Nasser Al-Attiyah
Nasser Al-Attiyah (QAT) of Toyota Gazoo Racing SA races during stage 03 of Rally Dakar 2018 from Pisco to Marcona, Peru on January 8, 2018

SUNDERLAND ET AL-ATTIYAH EN PATRONS
L’œil dans l’objectif…
Après une première longue étape qui a permis de creuser les premiers écarts dimanche, les dunes d’Ica s’offrent une dernière fois aux concurrents qui ont l’occasion de faire parler leur talent de navigation et de franchissement. Beaucoup de temps à reprendre pour les déçus de la veille avant une plongée vers San Juan de Marcona et ses grandes plages de sable fin.

L’essentiel
Sam Sunderland a remis les pendules à l’heure. Distancé la veille, le vainqueur 2017 remporte sa deuxième victoire en trois jours et créé surtout de gros écarts sur ses adversaires. Kevin Benavides et Toby Price limitent la casse, au contraire de Matthias Walkner et Adrien van Beveren, pointé à plus de 13 minutes. Une performance imitée par Nasser Al-Attiyah qui s’est lui aussi brillamment repris après une journée de moins bien. Le Qatari a dominé l’étape de bout en bout et distancé méthodiquement l’armada Peugeot pour refaire une partie de son retard au général. Un classement provisoire désormais mené par un solide Stéphane Peterhansel. Après “Stéphane Peterhansel” : un adjectif qui convient parfaitement à Ignacio Casale qui poursuit son cavalier seul sans commettre la moindre faute au Pérou. Federico Villagra a lui décroché sa première victoire sur le Dakar pour sa troisième participation en camion en venant coiffer au poteau le leader du général Eduard Nikolaev en fin d’étape.
La perf du jour
Ignacio Casale n’en finit plus de survoler le Dakar 2018. Le Chilien remporte à San Juan de Marcona sa troisième étape consécutive et avec la manière. Le vainqueur 2014 a en effet collé une demi-heure à Alexis Hernandez et à Sergei Kariakin, bien impuissant à contrer la domination de Casale.
Coup dur du jour
Fier ouvreur de la piste après sa démonstration de la veille, Joan Barreda a vécu un véritable enfer en fin de spéciale. L’officiel Honda a manqué un way-point et dû rebrousser chemin sur une quinzaine de kilomètres pour retrouver son chemin. Bilan de l’opération : 28 minutes de lâchées sur le vainqueur du jour. Barreda va maintenant devoir attaquer pour rattraper le temps perdu et espérer un faux pas de ses rivaux.
La stat du jour
Avec 80 kg en moins et 3 cm de débattement de suspensions en plus sur sa Toyota, Nasser Al-Attiyah profite pleinement des qualités dynamiques de sa nouvelle Hilux. Des modifications permises par un nouveau règlement FIA récemment entré en vigueur pour rééquilibrer les performances entre deux et quatre roues motrices.
La réaction du jour
Nasser Al-Attiyah : « Nous avons eu deux crevaisons, une dans la première spéciale et l’autre à une trentaine de kilomètres de l’arrivée. Nous avons perdu environ trois minutes, mais ce n’est rien de grave, puisque nous gagnons l’étape. Bien sûr nous avons attaqué, oui, mais pas comme des dingues. Les écarts n’ont rien d’inquiétant, la course est encore longue. Demain nous allons ouvrir mais ce n’est pas aussi gênant qu’hier, puisque nous aurons les traces des motos. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici